Étape:  PosadaTavolara  - Intérêt *** 

La journée s'annonce longue - nous souhaitons rattraper ces 2 jours d'inactivité forcée; lever à 6h et départ à 8. Traversée directe sur le Capo Coda Cavallo avec un vent de 12 Nds dans la truffe. Après 4 heures de navigation non-stop, on arrive enfin au pied d'une banquette de posidonies haute de 1,5m !... Nous n'avons plus toute notre tête et l'on s'évertue en vain à monter un tarp sur ce sol mou ou évidemment aucune sardine n'a de prise. Finalement, on traverse à pied le petit cap pour aller manger sur la plage nord. On refait de l'eau à un robinet et nous repartons pour Tavolara; nous en faisons le tour par le sud, abrités du vent par les grandes falaises de calcaire. Nous croisons deux papys italiens sans gilet mais plutôt bien équipés; l'un d'eux à même une pagaie cuillère. Ils nous disent que franchir le cap est dangereux à cause du vent. Capito Ragazzi mais peut-être devriez-vous enfiler un gilet si c'est risqué. Au cap Ouest, on se prend un grand coup de ventilateur dans la figure mais ça remonte plutôt bien. Passage sous le trou et le semaphore; magnifique mais ça bouge trop pour faire une photo. PuntaTimone  Entrée dans la Cala Timone, le vent disparaît instantanément mais une autre perturbation se profile. C'est une zone militaire, nous n'avons pas vu les bouées d'interdiction qui se trouvent au large et ce site n'est pas indiqué sur les cartes, discrétion oblige. L'endroit est en travaux. Arrivée des carabiniers, le chef nous fait les gros yeux. Pendant que nous portons nos bateaux pour franchir l'isthme et ne pas passer la Punta Timone tout au nord, il envoie un subalterne nous chercher une bouteille d'eau et une pomme pour chacun; pour nous donner des forces dit-il après un bref sermon et un exposé très accéléré de géopolitique. Leur uniforme: short, tongs et T-shirt. "Vous n'êtes jamais passés par là, on n'a rien vu", la flemme de faire un rapport sans doute, enfin ça arrange tout le monde. La fin du tour de l'île est splendide, côte verdoyante et le vent dévié par les falaises passe bien au dessus de nos têtes. La nuit s'avance, nous trouvons finalement une plage sale près d'une villa fermée et de quelques ruines dont une chapelle qui nous abritera du vent le temps de faire la cuisine; nous y accédons par les trous dans le grillage. Il y a quelques panneaux d'interdiction. 

P1040391  C'est l'anniversaire de Fab, 37 ans; il est allé pêcher des oursins que François lui ouvre. Soupe "chinoise" de François (qui s'entête à nous convaincre de ses talents de cuisinier), pecorino, far aux pruneaux orné d'une bougie. P1040393 À 20h30, tout le monde se couche, le soleil finit d'embraser la rade d'Olbia. Toutes nos affaires son éparses, de vrais romanos. Nous aurons navigué 8h30 au final... P1040389 À droite, Molara ou il aurait été plus judicieux de bivouaquer, île sauvage et sans aucune interdiction.  suite >