Nous avons dormi à la belle étoile près de la Torre di Abbacurrente à l'Est de Porto Torres. Au programme de ce matin: achat des billets de ferry, visite du pont romain avec Fab, cueillette de figues, des blanches et des violettes vers les ruines  romaines. Fab prend son bateau pour Propriano vers 14h; il enchaîne avec le GR20. Grosse glande au café en grignotant des tapas: pain carasau, pecorino, jambon. Achat de boutargue de thon et de mulet dans une épicerie fine. Le ferry décole à 16h. À 15h, coup de speed, le Napoléon Bonaparte ( qui depuis a pris un vieux coup de gite dans le Port de Marseille) ne part pas de l'endroit ou l'on avait laissé le biplace hier mais d'un autre quai à cinq kilomètres d'ici. Argh !!!! François doit donc traverser à mach 2 le port en kayak alors que je rejoins le ferry avec la voiture chargée des 3 monoplaces. Par chance, il y a une rampe pas trop loin de l'embarquement (2 km tout de même). Grosse suée pour tracter le K2 sur son chariot. Aussitôt embarqué, direction les sanitaires pour ma première douche depuis 38 jours (je prenais tout de même quotidiennement des bains de mer). Oula!  qui est cet homme dans la glace? j'ai bien maigri, (4 kg dira la balance). Étant donné que je ne me souviens plus du N° de ma carte de crédit et que Domi est partie avec celle de François, il nous reste quelque pièces de monnaie dans les poches, de quoi se payer une bière et quatre boules de pain à bord pour compléter le dîner.  

_AnneSymetrie Et pour terminer, last but not least: deux photos de Anne.

Arrivée à Marseille; devant nous une voiture embarquée à Ajaccio. Le chauffeur, crâne rasé, T-shirt noir, pas moins de 9 adhésifs "corses" collés à l'arrière de la bagnole dont trois rien que sur la plaque d'immatriculation: des cartes de Corse, des têtes de maure et même des logos de cagoules et de mitraillette. Le modèle de la tire? une Opel Corsa, ça ne s'invente pas...